Quand les signes chantent

Récemment sur la scène de Rendez-vous Grand Place le vendredi 29 septembre, Noa Moon a dévoilé la chorégraphie identique à son tout nouveau clip Alive (paru sur l’album Azurite, 2017). En ligne depuis le 22 septembre, le vidéoclip comptabilise près de 3.400 vues. L’originalité du clip est son accessibilité pour personnes sourdes et malentendantes. L’histoire, en plus d’être chantée, est traduite en langue des signes. Cette pratique reste encore occasionnelle, même si la présence de chansons traduites sur Internet est de plus en plus manifeste.

Visionner un clip est devenu un geste quotidien. D’un simple clic sur la toile ou sur une chaîne spéciale, les images défilent sur l’écran et la musique est fluide. Jusque-là, il n’y a rien bien neuf… À y réfléchir, on ne fait pas que regarder les images, on écoute bien évidemment la chanson. Mais, comment l’écouter quand on ne peut pas l’entendre ? Ce défi, Noa Moon le relève avec la sortie du clip d’Alive et vient ouvrir le répertoire belge vers le monde de la surdité.

L’envie d’ouverture

Le vidéoclip de Noa Moon a pu naître grâce à un travail d’équipe. C’est avec l’aide de Marie Couratin de l’ASBL APEDAF (Association des Parents Déficients Auditifs Francophones) et d’Alice Leidensdorf, youtubeuse et administratrice de la page Les Signes Font du Bruit (LSFB), que ce projet artistique a pu aboutir.

C’est le résultat d’une collaboration étroite entre les trois femmes. Marie Couratin, qui travaille pour l’aide pédagogique à l’APEDAF, a rencontré Noa Moon en 2016 via des amis communs. C’est par son travail et par son passé de choriste que lui est venue l’idée d’un premier projet : la création d’une brochure sur la musique et la surdité.  En parallèle, Marie a parlé de son envie d’adapter l’intégralité d’un concert à Noa Moon en chant signé. L’artiste continue toujours de s’investir dans le milieu des associations ou dans des démarches qui la touchent. À l’époque, l’artiste préparait son deuxième album.

Marie Couratin nous détaille comment l’éclosion du clip Alive, après un long moment de réflexion, est venue : « (…) On commence à y réfléchir et puis Noa Moon me dit que sa maison de disque lui demande de faire un clip, et je trouve qu’en lien avec le concert qui se prépare, Manon me dit qu’elle en a marre de faire de la musique pour « elle toute seule » et elle était assez ouverte à ce milieu de la surdité, pas pour faire bon genre de signer, c’était vraiment une envie d’ouverture vers le monde des sourds. Donc, elle m’a contacté et fait part de son envie de mettre quelques signes dans son clip. Je lui ai dit : « Dis, tu ne voudrais pas carrément tout ton clip en chant signes ? ». Alors, je ne suis ni interprète ni « chant signeuse » et je lui ai proposé de contacter Alice que je ne connaissais pas du tout et la collaboration a commencé comme ça ».

Pour la chanteuse, Alive dépasse l’unique ambition du clip promotionnel, c’est une main tendue vers ceux qui ressentent la musique autrement. C’est aussi une manière de sensibiliser le monde des entendants à une autre perception de la musique, et plus largement, à la perception de la surdité par les personnes entendantes. Noa Moon s’explique : « Je trouve qu’on n’en parle pas nécessairement énormément, la surdité est quelque chose d’assez discret dans le monde du handicap même si je me trompe peut-être (…), je pense que cela se voit forcément moins. Du coup, ce n’est pas pour cela que ça n’a pas besoin d’autant d’investissement dans la visibilité et l’aide pour ces personnes. Enfin de l’aide, je ne suis pas en train d’apporter de l’aide, mais d’essayer d’apporter une ouverture en fait à ce monde-là ».  Son impression est que l’effort d’adaptation est univoque, « ce sont les sourds qui doivent d’adapter au monde des entendants. Tout cela m’a touché et je me suis dit qu’on allait essayer de faire dans l’autre sens. (…) À mes yeux, c’était tout aussi chouette que de faire des photos pour une campagne de sensibilisation. C’est encore plus chouette de faire un clip et de se dire : « tiens, on fait quelque chose de durable qui va pouvoir rester un minimum sur Internet. ».

La poésie du geste pour parole

@ RTBF/auvio - Capture d'écran
Marie Couratin et Noa Moon sur la scène du « Rendez-vous Grand Place », 29 septembre 2017. © RTBF/Auvio – Capture d’écran

Apprendre la langue des signes ne s’improvise pas. Il a fallu quelques semaines à Noa Moon pour apprivoiser ce nouveau langage dont la technique est très expressive. « C’est très difficile en quelques sessions d’apprendre à signer avec les émotions et les expressions du visage. Ça m’a déjà demandé énormément de travail d’être aussi « lisible » au niveau de mon visage, et je sais que j’aurai pu faire encore mieux. (…) L’expression aurait encore pu être travaillée… Marie, se débrouille bien évidemment, mieux que moi », confie Noa Moon.

C’est grâce à Alice Leidensdorf que le texte a pu être traduit en signes. Contactée par Marie pour prendre part au projet, elle craignait que le clip ne reprenne que quelques signes pour l’esthétique de l’exercice plutôt que la réelle accessibilité envers les personnes sourdes. Elle s’est très vite rendue compte que ce n’était pas le cas, « Mais finalement, j’ai vu que Manon était très ouverte et motivée pour que ce soit vraiment un projet qui ait du sens pour les sourds. Elle était prête à apprendre toute la chanson. C’est comme ça que par après nous avons travaillé ensemble sur l’interprétation de la chanson ».

L’interprétation reste, la dimension la plus délicate dans cette traduction spécifique. Alice nous développe la principale difficulté  : « Comme la langue des signes est très visuelle, elle permet également d’aboutir plus facilement au sens même du message. J’ai voulu que l’interprétation parte vraiment ce qu’elle voulait faire passer comme message avec sa chanson à elle, et pas que ce soit une interprétation avec ce que je pensais comprendre, moi, de sa chanson. Du coup, le résultat repose sur un vrai échange entre Manon et moi, avec l’aide de Marie. Après elles se sont entraînées à signer la chanson, en essayant d’être plus expressives, avant le tournage, et voilà le résultat. Manon a aussi veillé à ce que les signes ne soient pas coupés dans le montage ou dans la manière de filmer, ce qui est vraiment chouette ».

La particularité de la traduction

À l’écran Noa Moon, accompagnée de danseurs, expose les paroles sous-titrées en anglais à travers la gestuelle officielle de la Langue des signes francophone de Belgique (LSBF). Par le chant dit signé, la chanson est à la portée de ceux qui ne peuvent pas ouïr. Et plus surprenant encore, elle l’est aussi pour les entendants, car la langue des signes peut être décodée grâce à ces sous-titres. L’ouverture devient double et réciproque.

Pour Alive, la chanson a d’abord été traduite en français, avant de l’être une seconde fois en langue des signes. Choix étonnant puisque l’on sait que la langue des signes n’est pas universelle, pour exemple, la langue française n’est pas signée de la même façon en France, en Belgique ou au Québec, même s’il existe des ressemblances entre les signes.

Noa Moon et Marie Couratin se rejoignent sur la même raison : la situation géographique de l’artiste. Noa Moon nous explique pourquoi il a fallu poser un choix malgré une réflexion autour de la question : « quand je me suis rendue compte avec Marie et Alice qu’on ne traduisait pas universellement, je me suis demandé quel parti je devais prendre. Après, ayant les pieds sur terre et sachant que ma musique tourne principalement en Belgique, (…), je me suis dit que j’allais traduire avec la personne avec qui je travaille, et c’était Alice, et on est en Belgique. J’espère que ça va sortir plus loin, mais Alive, était quand même en anglais, de base. On a donc traduit le texte anglais en phrase en français et, à partir de là, Alice a interprété. Ce que je voulais traduire c’est une histoire et pas des mots en particulier. C’est pour ça que les sourds et les malentendants vont pouvoir traduire les signes et si, ils se posent des questions, il y aura les sous-titres ».

Elle espère une large diffusion de ce genre d’initiative : « Je me dis que c’est la démarche qui est intéressante et qu’il n’est pas possible que d’autres personnes sourdes d’autres pays ne voient pas du tout où ça veut aller en langues des signes. Elles sont assez communes, et peut-être que je m’avance, mais pour avoir regarder quelques vidéos sur la différence des signes ça va quand même très vite. J’espère qu’il y aura une portée en dehors de la Belgique aussi. Sur le net, il y a quand même des vidéos avec des gens qui signent des chansons ou qui traduisent. Du coup, le plus chouette serait de voir que ça se traduit dans d’autres pays et que le clip tourne ».

Le message est lancé, à bon-ne entendeur-euse … et bon-nne signeur-euse.

Exemples de chansons francophones exclusivement signées connues,

  • Savoir Aimer – Florent Pagny, 1998
  • Je Vole – Louane, 2015
    … et bien d’autres (n’hésitez pas à nous le faire savoir).

Etudier avec un handicap ? Une réalité possible avec PEPSin

_ Subtitles are not available in English yet_

_ Les sous-titres sont disponibles en français_ (ne PAS utiliser Français automatique)

_Subtítulos disponibles en español_

Le service PEPSin (anciennement Aide Handi jusqu’en 2017) est une cellule spécifique du service d’aide aux étudiants, spécialement destinée aux étudiants porteurs d’un handicap (moteur ou sensoriel). Depuis 1991, ce service accompagne ses étudiants dans leur parcours universitaire. Depuis 2011, une reconnaissance de statut a vu le jour au sein de l’Université Catholique de Louvain (Belgique).

Cette reconnaissance permet de faire le lien entre les facultés et les étudiant.e.s concerné.e.s. Il permet, par exemple, la mise en place d’aménagements pour ces étudiants qui doivent, au préalable, faire reconnaitre leur situation de handicap auprès des administrations de l’AVIQ pour la région de Wallonie et le PHARE pour la capitale. PEPSin ne regroupe que les étudiants en situation de handicap, mais ceux-ci ne représentent qu’un échantillon de toute la population estudiantine PEPS (Projet pour Etudiants à Profits Spécifiques).

Depuis 2013, le statut regroupe aussi les sportifs de haut niveau, les musiciens professionnels, etc. En 1991, selon une source sûre, les étudiants en situation de handicap étaient au nombre de 7. Avec l’arrivée du statut PEPS, en 2011, on dénombrait 82 pour arriver jusqu’en décembre 2016 à 285 étudiants, soit une augmentation de 247% sur une période de 5 ans.

Rappelons que cette représentation reste mineure de la population globale des 29. 993 étudiants inscrits à l’UCL (tous les sites compris) en 2016, soit 0,95%. Par contre, s’il on reprend uniquement le chiffre du site de LLN  (20.829), ce pourcentage est à 1,36.

En 2018, le nombre d’étudiants PEPS est de 390, 36,84% de plus par rapport à 2016.

Celles et ceux qui sont passés via PEPSin témoignent. Toutes les informations sur le statut PEPS : http://uclouvain.be/fr/etudier/peps